LES MALADIES MÉDITERRANNÉENNES (3M)

Nous abordons ci-dessous la FILARIOSE, la LEISHMANIOSE et l'EHRLICHIOSE. Les fameuses maladies du Sud connues aussi sous le nom de 3M. Elles ne sont pas systématiques mais elles existent et il convient par la suite de faire contrôler son chien une fois par an chez le vétérinaire.

Juste histoire de se rassurer et pour savoir où en est votre chien. Et puis cela fait parti du suivi que nous vous recommandons vivement.

LA FILARIOSE

(maladie parasitaire transmise par un insecte porteur)

La filariose est causée par un nématode, la filaire. Il s’agit d’une parasitose non contagieuse directement de chien à chien. La transmission se fait par l’intermédiaire d’un hôte vecteur (transporteur) dans lequel le parasite accomplit une partie de son cycle vital. Ces hôtes intermédiaires sont des diptères hématophages, les moustiques. La filaire, répandue dans les milieux chauds, humides et tempérés, est un parasite blanchâtre de 20 à 30 cm de long. Au stade adulte, elle se loge dans le coeur et l’artère pulmonaire où elle se nourrit de plasma. Les macrofilaires, formes adultes du parasite, produisent les microfilaires (formes immatures) qui sont libérées dans le sang.

Le moustique qui pique un chien en phase de microfilairémie, ingère les microfilaires en lui aspirant le sang. Les larves poursuivent leur évolution et, si au bout de 20 jours, le même moustique pique un autre chien, il lui transmettra par voie cutanée les microfilaires évoluées. Pendant 80 à 120 jours, ces microfilaires ne bougent pas d’endroit et arrivent, après de nombreuses mutations, à l’âge adulte. C’est alors qu’elles sont véhiculées par le sang jusqu’au coeur et à l’artère pulmonaire. Cette parasitose est bien connue et redoutée des chasseurs qui n’ignorent pas qu’un chien atteint de filariose va avoir des troubles cardio-vasculaires capables de diminuer sa résistance à la fatigue.

SYMPTÔMES :

Un chien atteint de filariose se fatigue vite. Il bave, est pris de quintes de toux et sa respiration est irrégulière. En raison de la masse considérable des parasites qui l’habitent, le coeur est soumis à un effort excessif lorsqu’il pompe le sang. Ce surmenage peut entraîner une hypertrophie de la paroi cardiaque, responsable par la suite d’une insuffisance cardiaque. Ces troubles peuvent être suivis de troubles circulatoires classiques avec ascite (épanchement liquidien dans la cavité péritonéale), hépatomégalie, oedème pulmonaire, insuffisance rénale et entraîner la mort de l’animal.

TRAITEMENT :

Il existe un produit spécifique à base d’arsenic, capable d’éliminer les vers adultes. Il peut être nécessaire d’associer à cette thérapie un traitement pharmaceutique destiné à enrayer les troubles consécutifs à la mort du parasite.

PROHYLAXIE :

Pyrèthre, crèmes et produits antimoustiques à utiliser en été et en automne, moustiquaires aux fenêtres. En régions humides, éviter de sortir le chien très tôt le matin et le soir. Prophylaxie chimique à base de microfilaricides. Il en existe actuellement dans le commerce, sous forme de comprimés à administrer une fois par mois pendant la saison des moustiques

 LA LEISHMANIOSE

(transmission par un moucheron, le phlébotome)

La leishmaniose est une maladie parasitaire chronique, due à un protozoaire de très petite taille appelé « leishmania infantum ». 

Ce parasite va infester les cellules de l'organisme du chien contaminé .Le vecteur infectieux de la leishmaniose est le phlébotome femelle, sorte de petit moustique ne possédant qu'une seule paire d’ailes, et dont la particularité est de voler en silence.

La leishmaniose n'est  donc pas une maladie contagieuse, car seule la piqûre du phlébotome peut l'inoculer. C'est une zoonose,  l'homme peut en effet la contracter, devenant dès lors, comme le chien, un sujet de transmission, via le phlébotome.

On trouve le phlébotome préférentiellement dans les zones du pourtour méditerranéen, mais depuis quelques années,  une forte progression de la maladie vers le nord-ouest est observée. 

A noter que le phlébotome sévit principalement de mars à octobre,  et qu'il  se montre le plus agressif au crépuscule. 

SYMPTÔMES

Ils sont très variés. Le phlébotome piquant le chien principalement sur les zones glabres, le début de la contamination va se traduire par une sorte de petit bouton sur le museau ou la face interne des oreilles. Ensuite l'animal devient apathique, maigrit et perd ses poils. On constate un épaississement de sa peau qui devient grisâtre, squameuse et ses ongles devenus secs et cassants poussent anormalement vite, atteignant une longueur exagérée. On parle alors "d'ongles de fakir". Les nœuds lymphatiques voient leur volume augmenter et peuvent alors survenir des boiteries, fonte musculaire au niveau de la face, saignements de nez et d'yeux, conjonctivite et ulcères buccaux. Il est donc très important, si votre animal a séjourné dans une zone à risque, de consulter votre vétérinaire dès l'apparition de l'un de ces symptômes. 

INCUBATION

Elle est longue, de 3 à 18 mois, et peut prendre plusieurs années chez les sujets résistants. Si votre chien arrive d'Espagne, il est essentiel de le faire dépister l'année suivant son arrivée chez vous. 

DIAGNOSTIC

Il est rendu difficile par le tableau très polymorphe de la maladie. De ce fait, le recours aux analyses est essentiel et ce pour deux raisons : d'une part pour mettre en évidence le parasite (ou des traces de sa présence), d'autre part pour évaluer les répercussions de la maladie sur l'organisme de l'animal. 

Majoritairement une prise de sang suffira à poser un diagnostic, mais dans certains cas, certains examens plus invasifs seront nécessaires. 

TRAITEMENT

Sans traitement, l'animal malade est condamné. De la rapidité de la mise en place d'un traitement dépendra aussi sa survie, car il faut intervenir avant que la maladie n'endommage les organes, les reins notamment, de façon irréversible.

      • L'Allopurinol :

       Ce sont des comprimés que le chien devra prendre à vie. C'est un  

       traitement peu onéreux. 

      • Le Glucantime 

        Le Glucantime s'administre sous forme d'injections et ce sur une

        période assez longue (30 jours en général).

Le "tandem" Allopurinol / Glucantime,  s'avère être à ce jour l'association la plus efficace en traitement d'attaque.  Il faut toutefois que l'état général du chien permette les injections. 

      • Le Milteforan 

      Non commercialisé en France (on le trouve en Espagne, et en Suisse  

      notamment), le Milteforan est un traitement à administrer par voie

      orale qui constitue une alternative au Glucantime. 

En résumé, de l'état de votre chien dépendra le choix du protocole à appliquer, et c'est à votre vétérinaire seul qu'il appartiendra de l’établir.  Il pourra par exemple être amené à prescrire des antibiotiques  (Marbocyl en général), une alimentation médicalisée etc.... 

PRÉVENTION

À ce jour, seuls les colliers "Scalibor" et les pipettes ’"Advantix" ont un effet répulsif sur le phlébotome. Que vous viviez dans une zone d'endémie ou que vous vous y rendiez uniquement pour vos vacances, pensez à protéger votre compagnon. 

Il existe depuis quelques mois un vaccin contre la leishmaniose. Il s’adresse aux chiens non infestés. Un dépistage est donc indispensable préalablement à toute vaccination en tenant compte de la lenteur que peut mettre la maladie à être détectable. Parlez-en avec votre vétérinaire.

CONCLUSION

Si votre chien est atteint par la leishmaniose, ne le considérez pas comme perdu. Dans la mesure où ses organes ne seront pas atteints, avec un traitement adapté, votre compagnon pourra mener une existence tout à fait normale. Certes, il faudra en passer par quelques contraintes (prise de médicaments à vie, bilans sanguins réguliers), mais en contrepartie, vous aurez la perspective de belles années de bonheur à partager ensemble. 

 L'EHRLICHIOSE

(transmission par la tique)

L'Ehrlichiose canine est une maladie due à une bactérie transmise par les tiques, tout comme la piroplasmose. Cette maladie sévit dans divers points du globe. En Europe, elle se limite au Bassin Méditerranéen. Les chiens atteints d'Ehrlichiose peuvent rester porteurs asymptomatiques pendant très longtemps, si bien que le diagnostic est parfois délicat.

Comment se transmet l'Ehrlichiose ?

La transmission de l'Ehrlichiose canine est proche de celle de la piroplasmose : le chien se fait mordre par une tique qui lui inocule des bactéries. Ces bactéries se retrouvent dans le sang du chien où elles s'installent et se multiplient.

Quels sont les signes de la maladie ?

La première phase de la maladie (phase aiguë) peut passer inaperçue. Elle survient quelques jours après la piqûre de tique contaminante. Le chien est abattu et a de la fièvre. On note parfois une augmentation de la taille des ganglions, des douleurs articulaires, des vomissements. Cette phase est souvent brève et disparaît généralement sans traitement.

Toutefois, si rien n'est fait, une phase de latence survient, durant laquelle le germe est toujours présent, sans que le chien ne présente de symptômes cliniques. Seules des anomalies sanguines sont alors repérables si une analyse est faite (baisse du nombre de plaquettes).

Certains chiens vivent avec cette bactérie dans le sang sans jamais déclarer de symptômes ultérieurement, sauf en cas de réinfection après une nouvelle piqûre de tique (les chiens ne sont jamais immunisés et peuvent refaire une phase aiguë à tout moment). Il arrive même (dans de très rares cas), que le chien élimine totalement la bactérie de son organisme et se guérisse tout seul.

Mais certains chiens, et principalement certaines races comme le Berger allemand semble-t-il, développent, après quelques mois à quelques années, une forme chronique de la maladie.

La forme chronique est très grave et se manifeste par un amaigrissement, une baisse de l'appétit, des saignements (du nez notamment), des douleurs articulaires.

A l'analyse sanguine, les chiens présentent une diminution du nombre de toutes les cellules du sang (globules rouges, globules blancs et plaquettes). Cette diminution est due à une atteinte irréversible de la moelle osseuse. Les chiens atteints de formes chroniques ont très peu de chances de survivre, même avec un traitement spécifique car ils ne peuvent plus fabriquer de cellules sanguines.

Le diagnostic et le traitement

Le diagnostic repose sur des éléments épidémiologiques (présence de tiques, situation géographique ou voyage en zone contaminée) et les symptômes. Il est parfois difficile d'avoir un diagnostic de certitude dans la forme aigüe car les signes cliniques sont peu spécifiques.

Une analyse de sang (examens hématologiques et microscopiques, avec recherche du parasite sur des frottis sanguins, dosage et électrophorèse des protéines sanguines) et des tests sérologiques permettent de confirmer le diagnostic.

Le traitement est efficace dans la phase aigüe et dans la phase de latence. Il consiste en l'administration prolongée de certains antibiotiques.

 Dans les formes chroniques, le diagnostic n'est pas forcément simple (la sérologie peut être négative en phase finale) et le traitement est souvent illusoire.

 Conclusion

 L'Ehrlichiose est une maladie encore relativement rare mais très grave surtout pour la forme chronique irrémédiablement mortelle.

Les signes de la phase aigüe sont malheureusement très vagues et passent parfois inaperçus auprès des propriétaires qui ne consultent pas leur vétérinaire. La prévention reste donc l'arme de choix pour lutter contre cette maladie.

 Il faut éviter les piqûres de tiques, principalement en zone à risque, par un traitement anti-parasitaire adapté et une inspection rigoureuse du chien après une balade en forêt par exemple. Ceci est valable pour toutes les maladies causées par les tiques : piroplasmose, maladie de Lyme...